Notte

Cie 14:20
Magie nouvelle, danse et jonglage


J’emmène mes enfants c’est aussi pour eux !

Notte (la nuit) nous plonge dans le noir le plus total, brouillant les repères, masquant dans l’obscurité les corps pour les révéler dans une autre nature. Ce spectacle de magie nouvelle, à la croisée de la danse, du jonglage et de la vidéo est un voyage étrange et irréel dans un espace intérieur, d’un territoire intime à l’autre. Sur scène, un homme et une femme, deux personnages sans nom ni histoire, deux présences qui se cherchent. La magie joue le rôle d’un troisième élément, invisible, qui tisse leur relation, qui transforme et apaise. C’est l’histoire des opposés qui s’attirent et s’échappent, qui se croisent éternellement et se rencontrent parfois. Un rêve tout en clair-obscur où le temps se replie sur lui-même…


Raphaël Navarro et Clément Debailleul : écriture, mise en scène et conception magique et numérique / Aragorn Boulanger : chorégraphie et interprétation / Kim Huynh : interprétation / Eric Bouche Pillon : régie générale / Guillaume Lefebvre : lumières et vidéo / Clément Debailleul : vidéo et informatique / Bernard Painchault : construction magique / Charles Goyard : création électronique / Robin Milly : aide et suivi technique / Louise Lévêque : aide à la dramaturgie


Quelques images...

Vidéo


La presse en parle...

Une lenteur assumée, presque langoureuse, crée le rêve. C’est beau apaisant. Totalement hypnotique.
Télérama

Le duo « Notte » s’affiche volontairement planant, comme une rêverie où le jonglage devient improbable, où les projections vidéos plongent les corps dans une atmosphère singulière.
La Terrasse


www.1420.fr


Dès 8 ans - 50 min - 14 € / 11 € / 8 €

Attention ! Spectacle ne convenant pas aux personnes sujettes à l’épilepsie


Mentions coproduction, soutien, partenariat et aide : L’Hippodrome scène nationale Douai / Le Rayon Vert scène conventionnée Saint-Valery-en-Caux / L’Académie Fratellini / DRAC Haute-Normandie / Région Haute-Normandie / Département Seine-Maritime / Ville Rouen.
Crédits photographiques : Clément Debailleul