La Pléiade | Médiathèque | Equinoxe | Carré d’Ô |

Ville de la Riche

agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Mémoire(s) d’Algérie

A l’occasion du 60ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, la ville de La Riche propose une exposition, une conférence et un concert, le vendredi 1er juillet à partir de 19h, dans la salle des fêtes.

Au programme :

- Exposition sur la guerre d’Algérie, par la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Témoignage de cette guerre, cette exposition se veut être un message de réconciliation et de paix, une condamnation de la guerre, ce mal qui déshonore le genre humain et conduit l’humanité toute entière à sa perte. Chercher la vérité, c’est la dire : si la guerre d’Algérie s’est faite avec du sang et des larmes, elle doit s’écrire avec une plume et non une gomme.
Cette exposition se tiendra ensuite à la médiathèque du 5 au 27 juillet.

- Conférence : « Les soixante ans de l’indépendance algérienne à la lumière de l’histoire coloniale » par Massensen Cherbi, docteur en droit de l’Université Paris II Panthéon-Assas et diplômé en histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Indépendante depuis soixante ans, l’Algérie a connu une colonisation française de 132 ans (1830-1962) dont il convient de revenir sur les origines afin de mieux appréhender les circonstances de la guerre d’indépendance (1954-1962) et ses conséquences, aussi bien pour la France que pour l’Algérie contemporaines (1962-2022).

- Concert proposé par Abdelkader Naji de l’association « Musique et corde pincées ». Musique arabo-andalouse, luth oriental, kanun et percussions.

Cette soirée se clôturera autour d’un verre de l’amitié offert par la municipalité.

Entrée libre. Renseignements au 02 47 76 60 80.


Sur la photo : la délégation du Gouvernement provisoire de la République algérienne, lors de la signature des accords d’Évian, le 18 mars 1962. de gauche à droite : Taïeb Boulahrouf, Saâd Dahlab, Mohamed Seddik Benyahia, Krim Belkacem, Benmostefa Benaouda, Redha Malek, Lakhdar Bentobal, M’Hamed Yazid et Seghir Mostefaï.