COMPLET" /> COMPLET" />
La Pléiade | Médiathèque | Equinoxe | Carré d’Ô |
Pléiade
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Cirque / Création 2016 (Première) COMPLET

Cie C. Loy / Cécile Loyer
Danse

En co-accueil avec le Centre chorégraphique national de Tours

Dans le cadre du Festival Bruissements d’Elles

Précise, élégante et expressive, drôle aussi, la danse de Cécile Loyer oscille entre abstraction et théâtralité, retenue et débordement, et s’attache depuis toujours à brouiller les codes de la représentation. Pour Cirque, son nouveau solo, la chorégraphe s’est inspirée de l’histoire de quatre femmes, belles, audacieuses, courageuses et visionnaires : la cosmonaute Valentina Terechkova, la chanteuse Claudine Longet, la danseuse Okuni (fondatrice du théâtre Kabuki) et la comtesse de Castiglione, célèbre espionne, également grande figure des premières heures de la photographie. Pour leur rendre hommage, Cécile Loyer, entre retenue et attitude outrancière, humour et instants plus tragiques, s’inspire de ce haut lieu de tradition qu’est le cirque. « J’entrelacerai des fragments de leurs vies respectives, soit en portant leur parole, en me faisant leur témoin, la narratrice de leurs « hauts faits », soit en dialoguant avec elles. Je travaillerai aussi, une fois encore, à la frontière de la fiction et du documentaire en m’appuyant sur les techniques de montage (fragmentation, répétition, retours en arrière, changements de temps, d’espace, de rythme, d’ambiance…). Ceci me permettra de relier entre elles ces quatre femmes mais aussi de me lier à elles. »


Cécile Loyer : chorégraphie et interprétation / Coralie Pacreau : lumières / Sylvain Chauveau avec la complicité de Jean-Baptiste Bernadet : musique


La presse en parle...

Les 30 ans des CCN au Théâtre National de Chaillot, solo de « Moments d’absence » (...) Mais si il ne fallait retenir qu’un moment ce serait le solo de Cécile Loyer à qui Josef Nadj avait offert carte blanche. Sur les riffs de Led Zeppelin et son « Whole Lotta Love » elle offre au regard une gestuelle tout en retenue qui peu à peu implose. On ne s’en est toujours pas remis. Il n’y a pas eu plus beau présent ce soir-là.
Les Echos / Philippe Noisette

Théâtre musical et dansé, éloquemment expressionniste, mais sans outrance pour les scènes d’intérieur ; séquences filmées pour les scènes d’extérieur ; le tout en- levé de façon tonique, agencé avec un chic et un naturel confondants, un goût prononcé pour l’extravagance et la tragi-comédie à la façon d’Almodovar, « Que tal » est une réussite née de la rencontre des deux chorégraphes. Elle (Cécile Loyer) étant aussi énergique et gracile que lui (Thomas Lebrun) est solide et vulnérable à la fois, ils ont construit, avec un exceptionnel bonheur, à l’aide de vidéos trépidantes de Charlotte Rousseau et de partenaires musiciens, une sorte de thriller chorégraphique et musical ne ressemblant en rien de déjà vu.
Le Nouvel Observateur / Raphaël Gubernatis

(...) un duo assez exceptionnel : la danseuse Cécile Loyer - issue du Centre national de danse contemporaine d’Angers, chorégraphe, qui a longtemps travaillé l’impro avec de nombreux centres chorégraphiques et collaboré aux créations de Josef Nadj, du Centre Chorégraphique d’Orléans et de la danseuse de butô japonaise Mitsuyo Uesugi - et la contrebassiste Joëlle Léandre, compositrice et fidèle accompagnatrice de grands noms du jazz. Cette curieuse rencontre de deux talents a permis la création de « Cascade », « un patchwork de saynètes d’où est exclu volontairement tout sens de narration, partition non élaborée dans une totale liberté d’action ». Le bruit permanent de l’eau en cascade, métaphore du temps qui passe et emporte tout. Tout, mais quoi, au juste ? Beaucoup d’humour sur nos vies de consommateur effréné et un regard lucide sur un monde contemporain où l’on cherche désespérément du sens, où les identités étouffées se construisent sur du trop plein (multiplication des tenues que l’on enfile fiévreusement, pauvreté mise en avant par un décor de sobres palettes, extraits de radio superposés) et cette souffrance exprimée par le déplacement superbement chaotique de la danseuse et le son déchirant et syncopé de la contrebasse. Comme l’artiste l’écrit sur la palette : « Tous dehors free ! » Sinon, on risque d’étouffer.
La Nouvelle République / Marie Gosselin


www.cecileloyer.com


50 min - 14 € / 11 € / 8 €


Mentions coproduction, soutien, partenariat et aide : CCN d’Orléans Josef Nadj / CCN de Tours Thomas Lebrun / Les Éclats pôle régional dédié à la danse contemporaine Poitou-Charentes / Centre Culturel Albert Camus Issoudun / Région Centre-Val de Loire / DRAC Centre-Val de Loire.
Crédits photographiques : Géraldine Aresteanu