La Pléiade | Médiathèque | Equinoxe | Carré d’Ô |
Pléiade
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Chat chat chat

Pascal Parisot
Chanson

JPEG

Partenariat : Le Temps Machine

Kids de tout poil ceci est pour vous ! 
Un spectacle familial pour petits et grands, entièrement dédié au Felis silvestris catus, plus communément appelé le chat !
Chanteur, auteur-compositeur, musicien, arrangeur, metteur en scène… Pascal Parisot a une vie musicale hyperactive aux multiples facettes et plus d’un tour dans son sac. Son imagination fertile lui donne une “patte” originale pour créer des spectacles pleins d’humour et d’une grande finesse.
Après le succès de La Vie de Château, Pascal Parisot récidive avec de nouvelles aventures qui, cette fois, nous amènent à la réalité du quotidien de l’un de nos animaux de compagnie favoris. Il passe au scalpel la vie des chats avec humour et impertinence : leurs habitudes, leurs rêves et… leur fainéantise légendaire. Des chansons chaloupées et délicieusement insolentes, pour tout savoir sur les matous !


Pascal Parisot : chant, guitare et ukulélé / Jacques Tellitocci : batterie, percussions et chœurs / Pascal Colomb : claviers, basse et chœurs / Anne Muller : création lumières et décors


Quelques images...

Vidéo


La presse en parle...

Pascal Parisot, chanter pour les plus jeunes, chat lui va bien !
Le chanteur, qui réussit à plaire autant aux enfants qu’aux parents, présente à Paris son nouveau spectacle, “Chat, chat, chat”. Tout ce que l’on dit sur le chat est... vrai ! Feignant, gourmand, nonchalant... La preuve en 12 chansons, signées Pascal Parisot dans son nouvel album et son nouveau spectacle, évidemment intitulés « Chat, chat, chat. ». Le chanteur-compositeur-interprète s’était arrêté cet été aux Francofolies Juniors, pour jouer la toute première représentation de sa tournée. Il revient à Paris pour plusieurs spectacles. Portrait de ce musicien qui aime l’humour léger et les airs chaloupés.
Dans ses Vosges natales, Pascal Parisot n’était pas particulièrement destiné à faire de la musique et encore moins à chanter pour les enfants. Pourtant, à 12 ans, un jour d’ennui, il se met à écouter un disque encore sous cellophane, oublié dans un coin : les « Douze Etudes » pour guitare du compositeur brésilien Villa-Lobos, interprétées par Andrés Segovia, « le père de la guitare classique », observe Pascal Parisot. Un choc, une émotion esthétique intense qui fait date dans la vie du presque adolescent qu’il est alors. Première révélation : la musique et de Pascaluxième révélation : la guitare. Il s’inscrit à l’école de musique de la ville, achète un instrument et apprend. Il y découvre également la musique brésilienne. Il tombe éperdument amoureux de son instrument, « un coup de foudre ». Il ne s’en sépare plus, même la nuit. Il arrête de travailler au collège, finit par être viré en troisième et déclare à ses parents : je serai musicien !
Quelques années plus tard, à 22 ans, il est musicien professionnel, accompagnateur et chante les chansons des autres : « Je faisais alors les piano bars, mais pas avec mes chansons. » Nourri de rythmes brésiliens, des mots d’un Boris Vian ou d’un Bobby Lapointe et de tout un répertoire de chansons françaises, il ressent à 37 ans le besoin de trouver ses propres rimes et mélodies. Et ce qu’il trouve un beau matin lui plaît. « C’était la première fois que j’étais content de mes chansons, car, pour la première fois, j’y mettais de l’humour. » Il creuse tant et tant que son premier album adulte, Rumba, sort en 2000 chez Sony. La chance lui a souri : une simple maquette envoyée par la poste a suffi. Déjà, l’observation du quotidien constitue son terreau créatif et l’humour son clin d’œil au second degré.
Dans la même veine paraît « Wonderful » en 2003, album teinté de bossa-nova. Puis, il se plonge dans les reprises décalées de chansons françaises des années 60, avec Radiomatic, façon pop-rock garage en 2006 et lounge tropical en 2010, de Do you, Do you Saint-Tropez. En 2007, l’album « Clap ! Clap ! » signe sa rupture avec sa maison de disques...
Puis, pour notre plus grand plaisir, Pascal Parisot entre en 2009 dans le monde de la chanson pour enfants, sans en avoir l’air, mais très sûrement. Il se décide sur un simple coup de fil (et les bons arguments de la directrice artistique des livres-CD chez Milan Jeunesse) à sauter le pas. Et là, troisième révélation : chanter pour les enfants. « J’avais tellement envie de réaliser ce projet que les chansons me venaient comme ça. J’ai écrit l’album en 10 jours, » déclare-t-il. Il ne change pas grand-chose à son style, juste des thématiques qui parlent aux bambins. Avec ce premier album « Les Pieds dans le plat » naît le chanteur qui réussit à plaire autant aux enfants qu’aux parents. Ses mots simples sur tout ce qui se mange à la cantine ou ailleurs, du poisson pané au bio, et ses textes drôles résonnent certes différemment selon le public de petits ou de plus grands, mais ce qui est sûr c’est qu’il sait manier avec brio l’humour décalé pour tous. Une mise en musique et une interprétation qui tombent juste à chaque fois. Sur scène, il fait un carton et joue le spectacle plus de 400 fois : lui, à la guitare et Jacques Tellitocci, son complice de toujours, à la batterie, mais aussi aux casseroles et autres accessoires de cuisine (très doué au batteur électrique !).
En 2010, le bestiaire plein d’humour de Bêtes en stock confirme le talent de Pascal Parisot pour la chanson jeune public. En concert, au milieu de plantes vertes et de quelques formes d’animaux qui pendouillent du plafond, il chausse ses lunettes noires et enfile son costume de chanteur mi-dandy mi-bandit. Il interprète avec son ukulélé et sa nonchalance sympathique ses mélodies tranquilles et gaies. « On est des bêtes ! », le titre phare de l’album, laisse sous le charme enfants et parents.
En 2013, il chante sa « vie de château », sur des mélodies pop réjouissantes. Avec son air de ne pas y toucher, il conte en chansons les aventures de son altesse N’importe quoi premier, avec quelques incursions du côté de la parodie rigolote !
Après avoir traversé le quotidien des enfants, de l’école au centre de loisirs, des peurs au rire, il change de registre et s’applique à décrire par le menu, dans « Chat, chat, chat, » la vie pépère de ce félin-feignant. Sur la scène des Francofolies Juniors, toujours avec ses lunettes noires, façon Aristochat cette fois, le chanteur (et metteur en scène du spectacle) joue une formule de concert-illustré. Il s’entoure pour cela de ses fidèles compagnons Pascal Colomb, basse, Jacques Tellitocci, batterie, et de l’illustrateur Charles Berbérian qui se lance dans une impro avec pinceaux et projo. Ce dernier signe également les dessins du livre-disque qui paraît en septembre chez Didier-Jeunesse. « Je suis complètement excité à l’idée de jouer mon nouvel album ! », déclare Pascal Parisot. Nous, on a « totale confiance », pour reprendre un des titres de Chat, chat, chat.

Télérama


www.pascalparisot.com


Dès 4 ans - 1h - 6 € / 4 €


Crédits photographiques : Kika TISBA