La Pléiade | Médiathèque | Equinoxe | Carré d’Ô |
Pléiade
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Camélia Jordana

Dans la peau
Chanson

COMPLET

Dans la peau tel est le nom du nouvel album de Camélia Jordana. Après le succès de son premier opus, Camélia a su prendre son temps. Celle que nous connaissions interprète hors pair est aujourd’hui devenue auteure et compositrice pour notre plus grand plaisir.

Entourée de son ami de toujours BabX qui a réalisé entièrement ce nouvel album, entourée de ses musiciens qui l’accompagnent aussi sur scène, Camélia a su trouver sa famille. Mais elle s’est également offert les services du Britannique Blair Mackichan et de son comparse Mathieu Boogaerts.

Cet album est d’une élégance rare et d’une ambition peu commune dans la chanson. Son 1er extrait Dans la peau est une ode pop, une invitation au jeu, à la sensualité, au tourbillon de l’amour. De l’amour il y en a dans cet album, d’ailleurs il ne s’agit que de cela sous toutes ses formes, et ses formes sont généreuses que ce soit Colonel Chagrin qui semble tout droit sorti d’un club cubain du New York des années 50 que l’on écume à la recherche du tout, Comment lui dire est une déclaration où la pudeur nous fait fondre, A l’aveuglette duo qui évoque la jalousie et la pollution entourant parfois les amoureux et ce désir d’être parfois seuls au monde, Jeune homme se fait attendre au coeur de l’hiver, et que dire du tubesque titre pop mexicano-éthiopiquo La fuite qui nous rappelle que les bras de la vie ne sont pas toujours ceux qui nous serrent, il y a dans l’amour des ailleurs qui conduisent parfois à quitter Laisse-moi pour se retrouver seul avec Ma gueule hommage à toute une génération en questionnement et manque d’amour. Alors certes il pleut sur Berlin titre hautement classieux, mais Camélia garde en mémoire son Syracuse à elle à savoir Miramar, plage sur laquelle son horizon a commencé à prendre forme.

Avec autant d’amour il est certain que le ciel de Camélia a de très longs et beaux jours à nous offrir encore, ses nuages sont doux et ses soleils radieux.

Camélia Jordana : chant / Donia Berriri : clavier / Sébastien Gastine : basse, contrebasse / Laurent Bardainne : claviers / Steve Argüelles : batterie / Nicolas Villebrun : guitare


Quelques images...


La presse en parle...

Critique paradoxale : le disque ne nous a pas emballés, mais il nous a étonnés. Et, à plusieurs égards, épatés. Echappée corps et âme de la télé­-réalité, la jeune femme sort un album assez lent, un peu sombre et monotone, rarement dansant, qui risque de la priver de la gloire commerciale ; mais dans lequel elle fait preuve d’une grande maturité. Seule, elle écrit Ma gueule, plainte identitaire traînante et obsédante, qui s’impose parmi les titres les plus forts du disque. C’est encore elle, en grande partie, qui signe Sarah sait, portrait de femme tendre et attachant. Elle, toujours, qui compose la mélodie claire de Madie... Album de l’émancipation ? Sans doute. Même si on y perçoit nettement les influences de sa « tribu » : Babx, présent presque partout, aux arrangements, à la réalisation, à l’écriture et à la composition de plusieurs titres, et en partenaire de duo sur l’inquiétant A l’aveuglette ; la chanteuse Raphaële Lannadère, alias L, qui lui donne un titre (sur l’édition « bonus » du disque), et dont la façon de chanter résonne beaucoup dans la voix de Camélia ; Donia Berriri, pianiste de L, auteure et compositrice du beau et troublant Illégale... A l’image d’Alex Beaupain ou de Florent Marchet, Camélia Jordana s’est construit sa famille de chanson, littéraire, exigeante, soudée. On rêve maintenant de la voir totalement déployer ses ailes. Elle a 22 ans. Ça finira sûrement par arriver.

Télérama / Valérie Lehoux

Dans la peau, son deuxième album, est la suite logique du premier. L’appeau, c’est d’abord cette voix toujours aussi inouïe et fascinante, candide et cassée, éclose et fanée en même temps, qui raconte sa vingtaine de printemps mais aussi les milliers d’hivers qui la traversent. Cette voix de chanteuse de berceuses pour petits orphelins sera toujours trop mélancolique pour la simple variété. Cette voix qui met tout le monde d’accord, la chanteuse elle-même avoue ne pas l’aimer. On l’aimera à sa place. D’autant que dans les chansons de son deuxième album, elle est portée par des arrangements plus étoffés, tendus et voyageurs, tournés vers le Sud et la nuit (où l’on peut danser comme crever de solitude).

Stéphane Deschamps / Les Inrocks

1h30 min - 14€ / 11€ / 8€

www.cameliajordana.fr